Juste la fin du Monde

« Juste la fin du monde » de Xavier Dolan sera LE film de ma rentrée cinématographique.

=> Après douze années d’éloignement, Louis (Gaspard Ulliel) retourne dans son village natal pour « rattraper le temps perdu ?! Non, prévenir du temps qui reste » : sa mère (Nathalie Baye), son frère (Vincent Cassel) avec qui les relations sont tendues, sa belle-soeur (Marion Cotillard) qu’il ne connaît pas et sa jeune soeur (Léa Seydoux) qu’il connaît à peine. Il est venu leur annoncé son prochain départ…définitif.

Xavier Dolan est passé maitre dans les huit clos familiaux aux relations conflictuelles. Nous sommes devant une famille incapable de communiquer autrement que dans les cris et les larmes. Je retiens de ce film les silences, les regards, les non-dits et surtout les gros plans absolument magnifiques. On retient son souffle, on est en apesanteur, on rigole, on pleure…beaucoup. C’est juste, c’est triste, c’est magnifique.

 

Mention toute particulière aux choix de musique, musique qui tient toujours une place prépondérante dans les films de Xavier Dolan. On se souviendra qu’il a rendu ses lettres de noblesse à Céline Dion dans son précédent film « Mommy » avec le titre « On ne change pas » 🙂

Reprise d’un titre de Françoise Hardy, « Une miss s’immisce » illustre l’une des plus belles séquences du film : au contact de son ancien matelas, Louis se souvient d’un amour de jeunesse avec Pierre alias Jolicoeur.

Publicités