J’en ai rêvé The Jane l’a fait

« La patience vient à bout de tout » dit le proverbe. Et bien, c’est vrai ! De la patience, il m’en a fallu pour pouvoir enfin tester le restaurant du chef doublement étoilé Sergio Herman : THE JANE.

Depuis que ce restaurant a été élu plus beau restaurant au monde en octobre 2015, il est quasi impossible de réserver une table. L’obtention de la 2e étoile au guide Michelin, début janvier, n’a rien arrangé. Mais c’est mal connaître ma persévérance…. Il se trouve que Monsieur Mari avait noté sur sa wish list de Noël « aller au Jane » et moi je l’aime mon amoureux alors j’ai tout fait pour y arriver !  Lire la suite

Sola – Paris 5e

Un dimanche soir du mois de mai, je suis installée dans mon canapé avec mes enfants et nous regardons l’émission « sept à huit ». Un reportage débute sur ces japonais qui percent à Paris au détriment de leur famille souvent restée au pays. Un des japonais mis à l’honneur est Hiroki Yoshitake, chef cuisinier du SOLA situé dans le 5e arrondissement. Nous découvrons une machine de guerre : Hiroki Yoshitake travaille 6 jours sur 7, le 7e jour il dort. Sa femme et son bébé sont restés à Tokyo et il ne les a pas vus depuis 4 mois. Il vit dans un 34m2 et n’a pas besoin de plus car de toute façon il ne dort quasi pas de la semaine : il part à Rungis directement après le service vers 1h du matin pour trouver des produits frais, qui ont une harmonie et qui vont bien ensemble (dixit) ! Une fois ses emplettes finies, il retourne derrière ses fourneaux pour peaufiner son menu ou créer de nouveaux assemblages. Mes enfants et moi étions subjugués ! Mon fiston me dit soudain : « je crois que papa adorerait manger dans ce resto ». Il a raison : c’est typiquement le genre de cuisine que Monsieur Mari apprécie.

L’idée germe en moi et je décide de suivre le conseil de mon fiston. Je profite d’un concert à l’Olympia au mois de Novembre pour faire une surprise à Monsieur Mari. Pour une fois, c’est moi qui vais le surprendre ! Je téléphone donc au mois de mai pour réserver une table à déjeuner ce samedi midi. Croyez-le ou pas, ça se bouscule déjà au portillon des réservations !

Samedi 15 novembre, 13h précises, (les japonais ne plaisantent pas avec les horaires), nous poussons la porte du SOLA. Nous découvrons le salon français, une toute petite salle aux murs blancs et poutres apparentes, quelque chose d’un peu vieillot mais tellement confortable. Il y a un 2nd salon en cave, le salon japonais, où il faut se déchausser. Le midi, le menu est découverte (le soir aussi je crois mais je n’en suis pas certaine). On nous annonce qu’il y aura 2 mises en bouche, 3 entrées, 1 poisson, 1 viande et un dessert. Miam, j’en ai l’eau à la bouche. Je tente de regarder sur les tables voisines mais chaque table diffère. Mince, à quelle sauce vais-je être dégustée ?! Nos plats arrivent et ce n’est qu’une succession de « hummmm, wouah, oh j’adore, superbe, un régal, etc…. » ;). Le chef aime revisiter les classiques de la cuisine française en ajoutant sa petite note japonaise. D’ailleurs, le menu affiché à l’extérieur donne le ton :

« restaurant français d’inspiration japonaise ».

Cela donne des associations telles que foie gras au miso, bar et chou de Bruxelles au Yuzu, suprême de canard à la ciboulette japonaise, sashimi de thon rouge et jambon iberico, St Jacques émulsion de haddock et courge butternut japonaise, … Nous avons adoré !

A noter, il faut savoir prendre son temps et ne pas avoir de rendez-vous de prévus. Etant donné que c’était le week-end, cela ne nous a pas contrarié. Au contraire, nous avons profité de ce moment pour décompresser du stress de la semaine. A priori, la table de retraités voisine de la nôtre ne semblait pas être du même avis !

SOLA signifie « ciel » en japonais, ce qui est plutôt juste car, depuis qu’il a obtenu sa 1ère étoile au Michelin, Hiroki Yoshitake ne touche plus terre et ses clients sont au 7e ciel.

sola1

12, Rue de l’Hôtel-Colbert 75005 PARIS Tél : 01 43 29 59 04

http://www.restaurant-sola.com/

 Si vous souhaitez revoir le reportage « Sept à Huit » : 

http://www.reportagestv.com/2014/05/31/sept-huit-etoiles-japonaises/

La Table d’Amis à Courtrai

Une fois n’est pas coutume, Monsieur Mari a décidé de me faire une jolie surprise en m’invitant à dîner dans ce magnifique restaurant qu’est La Table d’Amis. Situé en périphérie de Courtrai, ce restaurant a ouvert ses portes il y a 5 ans dans une ancienne auberge. La façade garde d’ailleurs certains stigmates de son passé !

L’année 2013 fut l’année de la consécration pour le chef Matthieu BEUDAERT. En effet, il a été désigné par Gault & Millau comme jeune talent de Flandre et a décroché sa 1ère étoile au guide Michelin. Rien ne laissait pourtant présager d’un tel avenir pour Matthieu BEUDAERT car il a suivi un parcours atypique pour un chef cuisinier : il a d’abord suivi un cursus universitaire à Gand et devient historien de l’Art pour les Musées des Beaux Arts de Bruxelles. C’est peut-être de là que lui vient le goût des belles choses ?! Passionné de cuisine, il suit une formation en cuisine en cours du soir et, 4 ans après, il se lance dans l’aventure poussé par son épouse, qui est d’ailleurs toujours à ses côté en tant que responsable de salle. N’ayant quasiment aucune expérience en tant que chef cuisinier, ce saut aurait pu s’apparenter à un saut dans le vide….sans élastique ni parachute !

La pari est, pour le coup, très réussi !

Nous avons été subjugués par la fraîcheur des produits choisis et la manière résolument moderne avec laquelle ils sont utilisés. Lors d’une interview, on a demandé au chef de décrire son style de cuisine. Il a répondu :

« C’est difficile. Tout tourne autour du produit. Il faut le respecter. Chaque élément doit être amené de la manière la plus pertinente possible pour justifier sa place dans l’assiette. »

C’est effectivement difficile de donner un style à la cuisine de Matthieu BEUDAERT car la carte change très régulièrement et, si vous avez la chance de goûter à sa cuisine, vous risquez de découvrir tout à fait chose que nous. Ce que je peux vous dire, c’est que ce soir-là notre menu était qualifié de terroir : le cru, le champ, la mer, le pré, les fruits et le sucré. Nous avons donc dégusté un tartare de bœuf basque, un « bouillon » céleri et fromage belge, un duo de poissons de la mer du nord, du canard sauvage, le tout fumé subtilement au foin. Un régal ! Petit plus, pensez à prendre soit un café soit un thé car il vous sera servi avec des mignardises qui sont à se rouler par terre…si si je vous assure, j’aurais pu me rouler sur la jolie moquette si le restaurant n’était pas plein !

Image-1
Table d’Amis – Walle 184 – 8500 Kortrijk 
Tél : +32(0)56 32 82 70

 table amis4   http://www.tabledamis.be/

Le Va et Vient à Courtrai

16 ans de mariage ce n’est pas rien et ça se fête ! Partant de ce principe, Monsieur Mari m’a réservé une jolie surprise en m’emmenant au restaurant « Va et Vient » situé le long de la Lys à Courtrai. Matthias Speybrouck est aux commandes de ce restaurant qui a ouvert en mai 2014. Nous savions qu’il avait travaillé au restaurant étoilé « In de Wulf », à Dranouter, dans l’équipe de Kobe Desramaults et cela nous avait mis l’eau à la bouche.

Le cadre du restaurant est magnifique. Matthias Speybrouck a choisi de faire rénover un ancien entrepôt qui appartenait à ses parents. Les murs de briques ont été peints en blanc, des tubes de cuivres courent le long du plafond, de larges fenêtres offrent une vue magnifique sur les tours médiévales du Broel, l’un des symboles les plus importants de Courtrai. Tous ces éléments donnent au bâtiment un cachet industriel réchauffé par le mobilier en bois et un superbe bar où l’on a envie de s’accouder pour boire des cocktails tout au long de la nuit ;). La cuisine étant entièrement vitrée, vous pourrez observer le chef durant la préparation des plats.

A noter : il n’y a pas de menu, sauf pour les boissons. On vous listera l’ensemble des plats proposés et vous devrez indiquer si vous souhaitez 3, 4 ou 5 plats (35€ à 55€ pour le diner). Nous avons opté pour le menu complet, soit 5 plats avec la possibilité d’intercaler une assiette de fromages avant le dessert, au besoin. Le chef a choisi de mettre en avant les produits locaux : émulsions de fromages belges, légumes de la région et coucou (poule) de Malines furent au programme pour notre plus grand bonheur ! La présentation des plats est très soignée, ce qui pour moi est important car je mange d’abord avec yeux. Une belle assiette m’ouvre l’appétit !

Les petits plus :

  • le personnel est ultra sympathique et dynamique. N’étant absolument pas néerlandophone, j’avais quelques craintes mais elles se sont vite envolées.
  • la carte change toutes les deux semaines.

Le restaurant « Va et Vient » est donc une chouette adresse à noter et à tester. Sans faire de mauvais jeu de mots, on y va et on y revient…avec grand plaisir !

k2

Adresse : Handboogstraat 20 – 8500 Kortrijk Téléphone : +32 (0)56 20 45 17

k3 k1

http://www.vaetvient.be